« Il fallait, parallèlement aux souvenirs d'enfance réels racontés dans mon livre précédent LE NIZAS DE MON ENFANCE, que je parle des souvenirs rêvés d'une vie entière. Les voici, à reculons : ITINARRIÈRE, donc. »

PAUL FABRE.

couverture de Itinarriere

« Trois en un. Paul Fabre se multiplie dans ce jubilatoire Itinarrière. Il y a d'abord le père, homme de bon sens ayant les pieds sur terre, qui s'appuie sur son expérience qui, pour lui, vaut toutes les écoles du monde. Lui faisant face, intervient régulièrement, toujours en arrière-plan, l'oncle Alfred, le lettré, celui qui a étudié les langues anciennes et qui ponctue - ou annonce - ses interventions à coup de sentences latines bien senties. Et, entre les deux, le narrateur. Un octogénaire prétendument analphabète mais dont la lecture trahit une solide connaissance des "meilleurs" auteurs. C'est lui qui est chargé de faire la synthèse entre les deux premiers. Et si je trouve que ce livre est réjouissant cela tient d'abord, "bien entendu", à ce narrateur faussement inculte. Mais aussi au rythme allègre imposé par l'auteur avec ces sortes de ritournelles qui reviennent régulièrement au début de chaque paragraphe. Et tout cela est écrit dans une langue "vivante" qui vous amuse , vous titille la mémoire, vous secoue en ces temps de morosité généralisée. Et l'auteur est un malin, il se sert de son prétendu narrateur naïf et bonhomme pour vous assener quantité de vérités qui mettent à mal les tares et les absurdités de notre époque. Sans avoir l'air d'y toucher, "bien entendu". Tout y passe, l'école, le franglais, les écolos, les chauffeurs-chauffards, les maisons de retraite (d'EHPAD en SPPA), les appels téléphoniques... Et le lecteur s'y retrouve, il y prend même beaucoup de plaisir. Il découvre derrière cette prose réjouissante ce qu'il pensait depuis longtemps mais qu'il n'avait jamais vraiment formulé. Ce lecteur aimerait bien connaître "l'école de la vie" qui a permis au narrateur, sans avoir usé ses fonds de culotte dans la moindre salle de classe, de citer La Fontaine sans l'avoir lu, Vivaldi sans l'avoir écouté, l'Ecclésiaste sans l'avoir feuilleté.. Monsieur Paul Fabre, vous êtes un mystificateur. Pour notre plus grand plaisir. »

JEAN-CLAUDE LECHEVÈRE. 21 juillet 2021

Première édition, mai 2021                        bouton Retour

Livre de 130 pages au format A5 ; prix : 13 euros (+ port)

Pour le commander, contacter Gilbert Jaccon (18 ruelle Berthet, 21200 Beaune) :
- soit par courriel : CLIQUER
- soit par téléphone au 06 85 20 11 89